Transport

Le transport en autocar se développe avec Ouibus et Starshipper

Le secteur des bus en France se développe à grande vitesse. Comme aux États-Unis, mais aussi dans de nombreux autres pays, la France souhaite proposer à ces citoyens une nouvelle façon de se déplacer, en plus de la voiture, de l’avion et du train : les autobus.

200 autocars estampillés Ouibus

Le regroupement dans le transport en autocar en France.Plusieurs entreprises tentent de se faire une place sur ce marché qui s’annonce très porteur, à l’image de la SNCF qui a lancé cette semaine alliance stratégique entre deux sociétés, Ouibus et Starshipper.

L’alliance comprend notamment une prise de participation par Starshipper à hauteur de 5 % du capital de la filiale de la SNCF ce qui permettra à Ouibus de passer de 150 à 200 autocars.

Depuis la libéralisation des prix dans le secteur (entrée en vigueur de la loi Macron) il y a quelques mois, la SNCF a donc choisi de ne pas perdre de temps sur ses concurrents. Jean-Sébastien Barrault, président du groupe Lacroix et Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus expliquent : « Ouibus et Starshipper préfèrent être acteurs d’une concentration, comme celle qui existe ailleurs en Europe, comme en Allemagne, plutôt que la subir, ont précisé les deux dirigeants », ajoutant « C’est un partenariat gagnant-gagnant ».

Les accords prévoient toutefois que l’entreprise dont Charles Beigbeder est actionnaire à 30 % via sa holding Carlib gardera son indépendance.

Un outil de développement

Dès cet été, « l’entreprise Starshipper restera libre de sa politique tarifaire, de ses dessertes, et conservera son ADN entrepreneurial » quand Ouibus s’occupera en exclusivité du système de réservation digitale des billets. Les prix devraient tout de même être cohérents chez les deux entreprises.

Dans chaque bus il sera possible de profiter du WiFi et un détecteur anti-somnolence sera installé. Sièges inclinables et écran donnant aux voyageurs une série d’infirmations relatives au trajet compléteront l’offre.

Pour les deux sociétés, il s’agit bien d’un accélérateur de leur développement. Roland de Barbentane conclue d’ailleurs : « Nous sommes en train d’écrire le premier acte de la segmentation du marché, et devenons un opérateur de référence 100 % made in France, avec les 32 entreprises partenaires de Starshipper, qui viennent rejoindre le réseau Ouibus ».

 

 

A propos de l’auteur

Simon

Simon

Webmaster et entrepreneur Web, je m'intéresse de près à l'actualité des start-up et des entreprises liées au numérique.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *