Industrie

Quels bacs de rétention pour un laboratoire ?

L’utilisation des bacs de rétention répond à des besoins spécifiques. Le choix de ce genre de contenant est également conditionné par la nature ainsi que la quantité des produits à stocker. Le but étant de sécuriser l’accès aux produits. Aussi, découvrez les bacs de rétention adaptés aux laboratoires ainsi que les normes de sécurité en vigueur.

Choisir le bac de rétention en fonction des produits

La nature du produit demeure un paramètre essentiel lors du choix du bac de rétention. En effet, les contenants dédiés aux produits acides diffèrent de ceux qui sont utilisés pour les produits inflammables. De cette façon, les bacs de rétention en acier servent surtout pour le stockage des solutions non corrosives telles que les huiles, les peintures ou les essences.

Par contre, les bacs de rétention en PEHD (Polypropylène à Haute Densité) conviennent pour le stockage sécurisé des produits acides ou bases fortes. Les laborantins utilisent également des bacs de rétention en inox. Pour trouver les produits adaptés, les experts en emballages et contenants industriels comme MDM proposent des bacs de rétention ainsi que du matériel de stockage de toutes sortes.

La capacité de rétention : un paramètre essentiel

L’utilisation et la capacité des bacs de rétention font l’objet de règlement strict. Ainsi, les liquides dangereux, les produits chimiques doivent être stockés sur rétention afin de prévenir les risques de pollution des sols. Il convient donc d’identifier le bon volume de rétention. Selon la jurisprudence et le principe du pollueur-payeur, la règle d’un volume de rétention équivaut à 50% de la capacité totale de stockage, sans être inférieure à la capacité du plus gros contenant. Cette règle s’applique particulièrement aux installations non classées.

Comment entretenir les bacs de rétention ?

Les bacs de rétention font aussi l’objet d’entretiens spécifiques. L’exploitant doit avant tout veiller à ce que les contenants soient utilisés convenablement. En effet, le bac de rétention doit rester libre de salissures et d’eau. Il faudra également scruter et remédier aux éventuels dégâts en surface. Cela implique des contrôles réguliers à raison d’une fois par semaine. Un contrôle tous les deux ans s’avère aussi obligatoire afin de constater l’état du bac de rétention. Ce contrôle se fera selon un protocole bien précis. Le résultat sera ensuite présenté au syndicat des eaux.

En cas de doute sur l’état des bacs de rétention, pensez à consulter les certifications de test des fabricants. Au moindre signe de corrosion, la législation est claire : le bac de rétention doit être détruit. En complément, les produits utilisés en laboratoire doivent être systématiquement stockés dans des armoires non métalliques et aérées. Toutefois, les bases et les acides dilués peuvent être entreposés dans une armoire standard.

Outre les acides et les bases, les laborantins sont amenés à manipuler des produits chimiques inorganiques solides. Ces derniers seront tout simplement stockés sur des étagères à rebords ou dans des armoires classiques. Si nécessaire, ajoutez des bacs de rétention pour éviter les incidents. Attention, la hauteur des rangements ne doit pas excéder les 1,60m. En principe, les produits chimiques doivent être stockés en fonction de leurs propriétés réductrices ou oxydantes. De même, les réducteurs et les comburants ne doivent pas être stockés ensemble.

A propos de l’auteur

Avatar

Cyperus

Magazine d'actualité des entreprises en France et à l'international.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *