Banque/Finance

Pourquoi l’AMF a interdit les options binaires aux particuliers ?

AMF options binaires

Pendant plusieurs années, les options binaires ont eu le vent en poupe. Grâce à un marketing bien travaillé et un concept addictif, les sociétés d’options binaires ont attiré des dizaines de milliers d’investisseurs français comment l’avaient fait auparavant les promesses liées au Forex. Mais, l’AMF (l’Autorité des Marchés Financiers) a stoppé tout ce business en déclarant les options binaires interdites aux particuliers à partir du 2 juillet 2019. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Le pouvoir addictif des options binaires

Pour comprendre l’effet addictif des options binaires, il faut savoir en quoi elles consistent réellement. L’investisseur peut parier sur une hausse ou une baisse d’une action, d’une devise, d’un indice…

Dans son pari, il indique une date de fin, généralement très courte, et la valeur du titre visée. S’il a raison, il gagne, s’il a tort, il perd.
La rapidité de l’exécution ou non des options font qu’un investisseur peut parier sur des dizaines d’options binaires en quelques heures. Ce gain validé vite ou non renforce l’addiction. Certains investisseurs particuliers ont été ruinés par ces options…

Contrairement à un investisseur loupé sur une action qui a chuté après de mauvais résultats, les options binaires sont très fortes pour donner « l’envie de se refaire » en doublant ses mises. Quand on entre dans ce scénario, les pertes désastreuses ne sont pas loin…

Les sociétés illégales nombreuses sur le marché

Pour placer ses ordres sur les options binaires, il faut passer par un broker, que l’on appelle également courtier. Pour la bourse plus « traditionnelle », ils sont connus comme Boursorama, SaxoBanque, Binck…

Pour les options binaires, les escrocs ont été et sont encore de sortie. Des milliers de plaintes ont été recensés. Beaucoup de sites web proposant l’achat d’options binaires n’ont jamais eu le moindre agrément de l’AMF, ce qui est pourtant nécessaire pour avoir le droit de proposer légalement des produits financiers en France.

Les problèmes ont été multiples comme l’impossibilité de retirer son argent, des systèmes de bonus requérant des investissements massifs pour les débloquer, des conseillers appelant pour vendre de mauvais produits, de la publicité mensongère…

Comme ces sociétés ne sont basées en France et qu’il est particulièrement difficile d’en trouver les gérants, les plaintes ne débouchent pas sur des dommages et intérêts ou des amendes.

Le broker est le seul gagnant

Même si un broker se montre honnête envers son client, il est celui qui possède le plus grand confort. En effet, les options binaires, comme pour tout ordre, donnent lieu au versement d’une commission au broker. Or, elle est particulièrement élevée par rapport au montant de l’investissement et de sa rapidité d’exécution.
Pour être gagnant dans ce système, l’investisseur doit afficher un taux de réussite de près de 70%. C’est un nombre très dur à atteindre pour un professionnel de la finance et quasiment impossible pour un particulier.

Pour ces raisons, les options binaires n’ont jamais été une bonne idée pour les investisseurs particuliers. En les interdisant, l’AMF ne satisfait pas « ses amis » de la finance traditionnelle, mais protège les citoyens des escroqueries.

Si vous aimez les investissements risqués, vous pouvez déjà trouver sur les marchés de nombreux placements comme les options ou les CFD. Mais là encore, vous ne devriez les utiliser que si vous avez une connaissance élevée de la finance.

Maintenant, nous attendons que l’AMF s’attaque à d’autres dossiers, notamment les cryptomonnaies. Si certaines sont légitimes et prometteuses, d’autres sont lancés par des spécialistes de l’escroquerie.

A propos de l’auteur

Avatar

alexandre

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *