Transport

Carte grise sur internet : nouveaux problèmes en perspective ?

Début novembre, les services administratifs se sont encore un peu plus digitalisés. Parmi les démarches que l’on peut désormais effectuer en ligne, une demande de carte grise. Pourtant depuis plusieurs jours, les internautes pointent du doigt de nombreux dysfonctionnements. Et si l’initiative supposée faciliter la vie des citoyens était tout simplement en train d’en faire un parcours du combattant ?

Les conséquences des bugs

Depuis le début du mois de novembre, vous devez faire votre demande en ligne de nouvelle carte grise. L’une des plus classiques démarches administratives se digitalise avec un objectif, désengorger les préfectures, éviter à chacun de faire la queue pendant des heures et diminuer les problèmes. Seulement voilà, c’est tout le contraire qui semble se produire.

De nombreux automobilistes particuliers ou professionnels ne parviennent tout bonnement pas à obtenir le précieux document. Parmi les problèmes fréquemment rencontrés, l’impossibilité de faire immatriculer une voiture d’occasion enregistrée en France, ou celle de faire immatriculer de façon définitive ou provisoire par un garagiste une voiture en W… Les témoignages sur les réseaux sociaux se succèdent et le site de l’Agence nationale des titres sécurisés doit faire face à un afflux de demandes.

L’ennui, c’est que les particuliers qui ne parviendraient pas à obtenir leur carte grise s’exposent à une amende de 135 € en cas de contrôle par les forces de l’ordre, ou de 90 € s’ils n’ont pas pu changer leur adresse sur le document après un déménagement.

Côté professionnel, la situation n’est guère meilleure. Ils ne peuvent pas livrer les véhicules sans carte grise. Les conséquences pourraient donc être importantes sur les chiffres de vente de voitures neuves en novembre.

Parmi les autres services dématérialisés, l’inscription au permis de conduire. Là aussi ça coince, car les gérants d’auto-école n’arrivent pas à enregistrer leurs candidats qui se sont préalablement inscrits en ligne.

Le gouvernement muet

Alors que le système avait été testé dans une vingtaine de villes, avec succès d’après le gouvernement, l’État aurait déjà décidé de faire rouvrir les guichets de certaines préfectures. Pour le moment, le ministère de l’Intérieur ne s’est pas encore exprimé sur le sujet.

Pourtant, il y aurait actuellement 90 000 dossiers bloqués. Si « des bugs informatiques fréquents » ont bien étaient reconnus, le gouvernement annonce que des correctifs devraient intervenir dans les 15 jours. Des téléopérateurs seront massivement recrutés pour répondre aux questions des usagers, et régler les problèmes, notamment ceux de transmission du premier code personnel, ou concernant le manque d’informations destinés aux visiteurs du site.

A propos de l’auteur

Cyperus

Magazine d'actualité des entreprises en France et à l'international.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *