Web

37 % des salariés utilisent les outils numériques en dehors du travail

D’après les résultats d’une enquête publiée par le cabinet Eléas, plus d’un tiers des salariés français continuent d’utiliser les outils numériques professionnels une fois la journée de travail achevée. Le droit à la déconnexion est très attendu.

Un besoin des actifs

Le cabinet Eléas, spécialisé dans la prévention des risques psycho-sociaux, a publié cette semaine une étude mettant en évidence le nombre très élevé d’actifs qui continuent de se servir de leurs outils numériques professionnels en dehors des heures de travail. 62 % d’entre eux réclament d’ailleurs une régulation officielle, un point prévu dans la loi Travail adoptée en août dernier.

L’enquête réalisée en septembre montre que 67 % des actifs français utilisent les outils numériques au moins 3 h par jour. Il s’agit principalement de cadres (81 %) et des 15-34 ans (76 %).

Les artisans, commerçants, chefs d’entreprise et cadres sont ceux qui s’en servent le plus en dehors de leurs heures de travail. La proportion est moindre chez les employés (29 %) et les professions intermédiaires (34 %).

Si la souplesse horaire que permet le numérique reste appréciée des actifs à 40 %, et constitue même un progrès pour 59 %, des sondés, des règles plus strictes sont réclamés depuis quelque temps par les travailleurs.

Le droit à la déconnexion

Seul un actif sur cinq, soit 22 % des personnes interrogées, considère que leur entreprise limite les usages des outils numériques hors temps de travail. Les cadres sont les plus nombreux à attendre une régulation. Xavier Zunigo, sociologue du travail, déclare : « il y a une vraie attente pour que les entreprises se saisissent du droit à la déconnexion dans sa dimension protectrice, lorsque le numérique devient une menace sur l’existence professionnelle et un vecteur de stress ».

Le droit à la déconnexion concernerait dans un premier temps les entreprises de plus de 50 salariés. Les modalités décidées devront être inscrites dans une charte qui prévoira aussi des actions de formation et de sensibilisation auprès des salariés, managers et dirigeants.

Les entreprises plus petites pourront elles aussi mettre au point un règlement concernant l’outil numérique et son utilisation.

 

A propos de l’auteur

Simon

Simon

Webmaster et entrepreneur Web, je m'intéresse de près à l'actualité des start-up et des entreprises liées au numérique.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *